Physique Quantique Partie 2

Liste partie 1

Physique classique
Développement de la physique quantique
Dualité onde-particule
Principe d’incertitude
L’expérience des doubles fentes
Superposition
Le monde se compose d’énergie

Liste partie 2

Les Quarks
Le Poing sur la table
Particules intriquées / enchevêtrées (Phénomène EPR)
Conclusion
Physique numérique et réalité virtuelle
Max Planck au sujet de la matière

Les quarks

la physique nucléaire moderne a découvert depuis 1964 encore plus petits constituants d’atomes: les quarks. Il y en a 6 types. Un proton est constitué de 3 quarks, un électron d’un. La spéciale est maintenant que ces quarks se désintègrent continuellement dans une onde d’énergie, puis se forment à nouveau. La vie d’un quark est d’environ 10 puissance moins 12 secondes, ce qui est un milliardième de seconde, ou autrement dit, en une seule seconde les plus petits composants de la matière ont été détruits et se sont formés à nouveau des milliards de fois. On croit qu’ un électron qui tourne prétendument autour de l’atome, se désintègre à chaque changement de direction et se forme à nouveau. Combien de fois avez-vous pour changer la direction d’une ligne droite, de sorte qu’un circuit resulte? Certes, quelques milliers de fois en une seule circumnavigation.

Où est la constance de notre matière? Nous voyons une chaise solide, si rigide que nous pouvons nous asseoir sur elle, et où nous la posons aujourd’hui, là sera-t-elle encore demain. Mais ceci est une illusion du point de vue de physique nucléaire. En fait, les particules qui composent la chaise, se sont constamment dissout et re-formé. Dans un court laps de temps de telle sorte que notre perception consciente ne peut pas suivre. La chaise est comme toute la matière dans une situation incertaine entre être et ne pas être, entre la matière et l’énergie.

Le poing sur la table

Quand je tape du poing sur la table, mon poing va buter contre la table, il y a un coup, le poing s’arrête brusquement. Pourquoi est-ce ainsi? Peut-être parce une matière ralentit l’autre ou parce que 2 solides ne peuvent pas occuper le même espace? Considérant maintenant comment fins les atomes sont distribués, alors la chance qu’un atome de mon poing frappe un atome de la table est de 1 à 100 millions. Il ne sera pas ralenti par la matière de la table, ce sont plutôt les champs énergétiques autour les atomes qui ralentissent le poing par leur force. Si la table se composerait d’une autre forme d’énergie, puis le poing pourrait pénétrer la table. Du point de vue de physique nucléaire il n’y a rien de spécial si les esprits, s’ils se composent d’une autre forme d’énergie, peuvent passer par les portes et les murs.

Particules intriquées (enchevêtrées)

Wuerfel1Au plus tard depuis Einstein (théorie de la relativité restreinte) nous savons qu’il est impossible pour nous et pour quelconque véhicule spatial d’atteindre la vitesse de la lumière. On auriait à dépenser une énergie infinie. « Warp 4 » – les 4 fois la vitesse de la lumière – existe seulement dans les films de science-fiction, Star Trek, etc, non dans notre physique et non dans la technique spatiale actuelle ! Nous savons qu’il y a des endroits éloignés dans l’univers, d’où la lumière prend des milliers et des millions d’années pour parvenir à nous.

1935, un phénomène a été découvert par les physiciens Einstein, Podolsky et Rosen, qui contredit à ce qui précède: le paradoxe Einstein-Podolsky-Rosen ou brèvement EPR: d’un rayon lumineux ou de photons sont générés par un certain cristal 2 rayons soit 2 photons. En raison de la formation à partir d’une seule particule, les deux particules sont « enchevêtrés » l’un avec l’autre, ce qui signifie que, pour des raisons de lois de la conservation de l’énergie et de conservation de quantité de mouvement l’état d’une particule telle que sa polarisation ou son spin détermine l’état de l’autre particule. L’état n’est pas déterminé dès le début, mais c’est une fonction de probabilité. Mais dès qu’on mesure ou change l’état d’une particule, non seulement l’état de celui-ci est déterminé, mais aussi celui de la seconde particule.

Le paradoxe de l’enchevêtrement est que les particules après leur création commune peuvent se séparer dans des directions opposées et peuvent se trouver par exemple à une distance de plusieurs milliers d’années-lumière l’un de l’autre. Ils restent alors encore enchevêtrées ce qui dit lorsqu’on détermine ou change l’état d’une particule, puis l’état de la seconde particule changera en même temps aussi. «En même temps» signifie simultanément ou immédiatement, exactement dans le même temps, dès que nous pouvons imaginer. Cependant, les particules ne peuvent pas communiquer entre eux, du moins pas dans notre univers. Selon les lois de la relativité, rien ne peut être plus rapide que la lumière, même pas une Information, autrement cela changerait l’ordre de cause à effet. Donc il faut mille ans jusqu’à ce que la seconde particule peut s’apercevoir par quelconque voie d’information que la première particule a changé. Cependant elle réagit immédiatement. Ce phénomène ne peut pas être expliqué à l’interieur de notre univers avec le continuum espace-temps en trois dimensions connu, il fonctionne «non local», à savoir en dehors de notre structure espace-temps.

Le phénomène ressemble à un paire de dés magiques qui montrent à chaque lancer le même chiffre même si les deux dés sont éloignés à plusieurs kilomètres de distance. Einstein méfiait sa propre Invention et l’appelait un peu ironiquement « action fantôme à distance », les physiciens d’aujourd’hui parlent objectivement de la « téléportation quantique ».

Video au sujet superposition et intrication: L’intrication quantique — Science étonnante #23

Expérimentalement le phénomène a été prouvé sur une distance de 50 km. Le professeur Gisin, qui a démontré l’intrication 2008 à l’Institut du CERN, a déclaré: «quelque chose se passe vraiment déconcertant, quelque chose en dehors de l’espace-temps.» Si mystérieux que soit ce phénomène , de nos jours des applications techniques y basées sont développées: Techniques photographiques, des ordinateurs quantiques avec des performances nettement plus élevé, la cryptographie quantique (connexion de données sécurisée). Les électrons dans la coquille d’un atome sont enchevêtrés les uns avec les autres.

La soi-disant « non-localité » est un concept physique, une conclusion de certaines caractéristiques des ondes et de l’enchevêtrement des particules. Les particules intriquées se comportent comme s’il n’importe à eux où elles se trouvent et à quelle distance elles sont séparées. C’est un concept théorique, qui est difficile de comprendre par l’intellect et qui est un mystère aussi pour les physiciens. On donne un nom à l’incompréhensible pour le transcrire au moins en mots. La non-localité montre de notre univers 3D dans un monde différent que nous ne connaissons pas.

Si on croit dans l’hypothèse du Big Bang, puis toute la matière de notre univers était uni il y a 13,5 milliards d’années dans un point d’énergie concentré. Donc une grande partie de la matière doit forcément être enchevêtré. Alors en raison de cet enchevêtrement et le phénomène EPR il doit exister des liens étroits entre de nombreuses parties très éloignées de l’univers (de une idée originale de Dr. Rolf Froböse). Et les connexions mystérieuses entre des gens comme la télépathie est donc pas un « phénomène paranormal », mais une conséquence logique de la physique.

Video: Dix minutes pour comprendre la Mécanique Quantique
Video: L’univers Quantique Pour Les Nuls
Video: Physique Quantique pour les Nuls v.39

Conclusion

Vers la fin du Moyen Age, la physique s’a donc établi comme une science en se délibérant de toutes les influences de l’homme, en particulier des dogmes et de l’ancienne religion. Le monde 3-D matérialiste classique, décrit par la physique newtonienne, est un monde clair et défini. Il correspond également au principe « Je ne crois que ce que je vois et ce que je peux toucher. »

La physique quantique décrit un monde très différent, étrange à nous. Elle est indéfinie et ambigue. Cela semble plus probablement suivre le principe « Je peux à peine croire ce que je vois. » Après 400 ans de succès du matérialisme pur, l’esprit humain et la conscience entrent tout à coup de nouveau dans la physique. Les plus petites particules de notre monde se comportent ainsi: pendant qu’elles sont observées par des hommes, elles se déterminent à un certain état, soit le spin (voir superposition) ou une particule donnée dans une fente prédéterminé de l’expérience à double fente. Une fois qu’elles ne sont pas observées elles se convèrtent en une onde d’énergie indéfinissable ou en un état indéfini d’une simultanéité dans 2 fentes ou en une simultanéité de deux spins opposés. Elles font semblant comme si elles n’existeraient que pour nous, lorsque nous en avons besoin pour l’observation. Autrement ils cachent leur nature de nous et disparaissent du monde d’une réalité clairement définie.

Physique numérique et réalité virtuelle

Karl Schrödinger a développé une théorie que les particules dans l’expérience de la double fente ne volent pas sous forme de particules à travers les fentes, mais seulement en probabilité de particules. Ils ne peuvent pas être décrits par leur emplacement précis dans un instant donné et leur taille exacte, mais seulement par une fonction de probabilité. A aprtir de ce problème on a développé un tout nouveau modèle qui décrit notre réalité: la physique numérique. L’idée de base est que notre univers doit être compris comme une machine numérique géante et peut être décrit par des programmes informatiques. Depuis les années 60 jusqu’à aujourd’hui, il y eut plusieurs scientifiques qui ont travaillé sur cette théorie, y compris Konrad Zuse, l’inventeur de l’ordinateur.

Selon le professeur Hans-Peter Dürr (ancien directeur de l’Institut Max Planck) le cosmos entier avec la matière vivante et morte, avec le visible et l’invisible, est intégrée dans un universel « code quantique. » La dualité corps-âme n’est que la correspondance de la dualité onde-particule de la mécanique quantique.

Encore plus étrange en apparaît la thèse de la réalité virtuelle. Tout comme les plus petites particules n’existent que si nous les regardons, tout notre réalité est une illusion qui existe seulement quand nous la regardons. Il est dû à notre perception limitée que nous considérons la réalité comme « réel ». Dans un méta-niveau surdimensionné, toutes les informations sur notre monde sont stockées. Nous vivons dans une matrice de conscience. Similaire à la trilogie de film « Matrix » (publié en 1999, + « Matrix Reloaded » + « Matrix Revolutions »), où une grande partie de l’action a lieu dans une réalité virtuelle générée par un ordinateur. Le physicien et chercheur de conscience américain Thomas Campbell a développé cette théorie au fond. Si étrange que soit la théorie, elle peut bien expliquer des mystères de la physique tels que la non-localité. Thomas Campbell a même une explication toute prête pourquoi la vitesse de la lumière est toujours constante.

Non-sens? L’univers – un jeu d’ordinateur? La théorie de la réalité virtuelle est scientifiquement parlant, un modèle, une théorie non prouvée. Le courant dominant des physiciens voit toujours l’univers comme une réalité matérielle, comme il convient le mieux à notre esprit, mais il a du mal avec les mystères de la physique quantique sans pouvoir les résoudre.

Le bouddhisme dit que le monde extérieur (matériel) est une illusion. Ici, le bouddhisme rencontre les théories modernes de la physique. Cela correspond aussi aux connaissances auxqueles nous parvenons quand nous nous occupons intensivement avec la vie après la mort. Et Thomas Campbell sait ce qu’il dit, parce qu’il a pratiqué de nombreuses testes sur soi-même, des expériences hors du Corps, et il a vu beaucoup d’autres réalités de ses propres yeux.

Que dit Max Planck au sujet de la matière?

Plus précisément nous regardons la matière, la base de notre monde, plus elle se révèle irréelle et instable. Il est incertain si elle existe, au moins elle est constamment dans une situation incertaine entre être et ne pas être. Même l’énergie que nous ne pouvons pas toucher ni voir semble d’avoir plus de consistance.

Max Planck (1858-1947), fondateur de la physique quantique, prix Nobel en 1918, dît en 1944 à une conférence sur la «nature de la matière »:

Messieurs, étant physicien qui a consacré toute sa vie à la science objective, aux recherches sur la matiére, je suis certainement exempt du soupçon d’être un enthousiaste trop exaltant.

Et donc je dis concluant de mes explorations de l’atome ceci: Il n’y a pas de matière en elle-même.

Toute la matière naît et existe seulement par une force qui amène les particules atomiques à vibrer, en les retenant ensemble pour former le système solaire le plus petit de l’univers. Mais puisque il n’y a ni une force intelligente ni une force éternelle dans l’univers – l’homme n’a pas réussi à inventer le perpetuum mobile tant attendu – nous devons donc assumer un esprit intelligent conscient derrière cette force. Cet esprit est la source de toute la matière. La matière visible, mais périssable n’est pas est le réel, le vrai, le véritable – parce que la matière n’existerait pas du tout sans l’esprit – mais l’esprit immortel invisible est le vrai! Mais puisque l’esprit lui-même ne peut pas non plus exister, mais tout esprit appartient à un être, nous devons obligatoirement accepter les êtres spirituels.